Conseil d’administration du 8 juin 2018

Compte rendu du conseil d’administration de l’AHCESR du 8 juin 2018

L’ordre du jour comporte les points suivants :

1/ Point sur les actions menées et les enquêtes à faire

2/ Point sur l’annuaire et le prix 2018 de l’AHCESR

3/ Site de l’AHCESR

4/ Définition du thème de la prochaine AG, date et invités

5/ Point financier

6/ Questions diverses

Clément Thibaud, président de l’AHCESR, ouvre la séance à 16h30, salle D040 de la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne ; ce conseil d’administration a été précédé de la rencontre consacrée à l’« Histoire visuelle et histoire matérielle : un mariage heureux ? », présentée par Jérôme Bazin, avec la participation d’Anaïs Albert (ICT, université Paris-Diderot), de Manuel Charpy (UMR 8529 IRHIS, université de Lille) et de Gábor Rittersporn (CERCEC-CNRS). (des enregistrements des interventions seront ultérieurement mis en ligne)

1/ Point sur les actions menées et les enquêtes

  • Clément Thibaud présente les différentes actions de l’Association. La première concerne celle avec les sociétés sœurs (SoPHAU, SHMESP, AHMUF et APHG). A l’initiative de l’AHCESR, une motion (initiative de l’AHCESR) a été rédigée à propos des vives inquiétudes quant à la réforme du baccalauréat et de Parcoursup, diffusée le 7 février dernier (que vous pouvez retrouver sur notre site).
  • La deuxième concerne la participation de l’AHCESR, représentée par Clément Thibaud, avec les sociétés sœurs aux activités du Comité Français des Sciences Historiques, à l’invitation de son nouveau président, Dominique Barjot, le 11 avril dernier. Certains points d’attention ont été évoqués (Parcoursup, mais aussi la réforme des concours envisagée à la suite du rapport Filâtre, la question des archives et le prochain congrès du CFSH préparant celui du Comité International des Sciences Historiques de Poznań en 2020). Il a été prévu de demander un rendez-vous avec le ministre de l’Education nationale pour évoquer les sujets qui nous inquiètent.
  • Les quatre sociétés savantes d’historiens (SoPHAU, SHMESP, AHMUF, AHCESR), à l’initiative de l’AHCESR, ont obtenu un rendez-vous le 28 mai avec le conseiller spécial ESR de la Présidence de la République, Thierry Coulhon. Le compte rendu est consultable sur le site de l’AHCESR. La discussion s’est faite autour de ces quatre points : faciliter la circulation entre le secondaire et le supérieur pour nos collègues qui enseignent dans le secondaire ; la politique de concentration / spécialisation des universités ; questions à propos du CAPES et de l’agrégation ; le rôle des historiens de l’ESR dans le débat public, notamment pour les questions socialement sensibles (comme l’esclavage, la colonisation, les mutineries, etc.).
  • L’AHCESR a été contactée par l’HCERES, avec les autres associations d’historiens, le CNU et la section 33 du CNRS pour donner notre avis sur la définition des « produits et activités de recherche » et la forme que devrait prendre les évaluations futures des unités. Un document de synthèse sera communiqué prochainement, qui tiendra compte de nos recommandations. Julie d’Andurain, vice-présidente de l’AHCESR, représentait l’association à la réunion qui a eu lieu le 9 avril dernier. L’Association souhaite éviter, autant que possible, l’approche purement quantitative des évaluations, les rankings. Elle plaide pour que l’on tienne compte des particularités de la discipline et des pratiques (avec la défense des ouvrages collectifs) et se montre réservée à propos d’une internationalisation qui ne se ferait qu’en anglais.
  • L’AHCESR a également été sollicitée par la directrice des Archives nationales, Françoise Banat-Berger, pour consolider les liens entre le monde des archives et celui des historiens contemporanéistes avec la directrice des archives qui a proposé de faire une place à l’Association au conseil des usagers. Le 18 avril, Alain Chatriot, membre du Conseil d’administration, et Clément Thibaud, se sont rendus à une première réunion avec la direction des Archives nationales, qui a présenté sa politique globale concernant la collecte et la conservation des archives du très contemporain (mais aussi à propos des critères présidant à leur élimination éventuelle). L’AHCESR siègera ès qualités au comité des lecteurs des Archives nationales.

La discussion s’engage sur la possibilité d’avoir un correspondant du CA de l’AHCESR avec d’autres institutions (ministère des Affaires étrangères, Service historique de la Défense, BDIC, MUCEM, ANOM, ANMT, etc.) Véronique Hebrard se propose d’être correspondante avec les ANMT et la BDIC.

  • Nous sommes également partie prenante de l’initiative prise par les sociétés savantes de l’enseignement supérieur et de la recherche, à la suite de la Marche pour les Sciences, pour nous regrouper en une coordination afin de faire valoir le point de vue de la recherche auprès des pouvoirs publics (mais aussi pour entreprendre des actions de valorisation). L’initiative vient des « sciences dures » (Société Française de Mathématique, Société Française de Physique, de neurobiologie, etc.), mais nous faisons partie du noyau de 9 associations qui lancent le projet. La réunion de structuration aura lieu à la rentrée, le 6 septembre. C’est une façon d’essayer de se regrouper pour formuler des propositions sur la place des sciences dans la société française et aussi pour faire entendre plus efficacement cette voix à la puissance publique.
  • La discussion s’engage ensuite sur l’avancement des enquêtes. La première concerne la place des docteurs en histoire contemporaine sans poste à l’université ; il faudrait terminer d’élaborer un formulaire à l’instar de celui élaboré par les autres associations d’histoire. La deuxième enquête porterait sur l’enseignement de l’histoire contemporaine aujourd’hui. Il convient de formaliser un questionnaire qui serait envoyé aux correspondants afin qu’ils puissent donner des informations sur les choix pédagogiques dans chaque université.

2/ Point sur l’annuaire et le prix 2018 de l’AHCESR

  • Pour l’annuaire, il faudrait recruter un vacataire qui prendrait en charge la mise à jour et l’indexation. Par Solenn Huitric, nous pourrions faire appel à l’association des jeunes chercheurs.
  • Carole Christen, secrétaire générale, fait un point sur le prix 2018 de l’AHCESR : nous avons reçu 14 articles, tous recevables, soit deux fois moins que l’année dernière où nous en avions reçu 30 dont 28 recevables (23 en 2016, dont 21 recevables). Elle a envoyé aux membres du Conseil d’administration un formulaire d’évaluation. Pour l’inscription à ces évaluations, la date le 22 juin a été fixée et pour la remise des rapports le 15 septembre. Le respect de ces échéances nous permettra de remettre le prix lors de la prochaine AG de l’AHCESR.

3/ Site de l’AHCESR

Claire Lemercier a envoyé un point sur l’activité sur Internet dans la première moitié de 2018. Elle se félicite tout d’abord de la bonne remontée des informations pour le wiki auditions (hébergé par l’AFHE mais soutenu par l’AHCESR, coordonnée cette année par Nicolas Patin, avec le moderniste Guillaume Calafat) : 14 des 15 postes de MCF pour lesquels la procédure est terminée ont fait l’objet d’une information précise, et 14 des 15 postes de PU (ces nombres incluent les profils de contemporaine ou moderne et contemporaine, hors histoire de l’art et musicologie). À noter un nombre total de postes similaire à celui de l’an passé, si l’on inclut ceux qui sont « passés au fil de l’eau » pour des raisons diverses.
Concernant le site de l’AHCESR proprement dit, il se maintient en général entre 2 500 et 3 000 « visiteurs différents par mois », poursuivant ainsi une croissance régulière (après un passage de 1 000 à 2 000 en 2016).
Les pages les plus visitées sont, en mai 2018 :

Le répertoire des thèses soutenues n’apparaît pas car il est surtout consulté au moment de sa publication, mais cela ne dément pas son succès. Le fait que Julie d’Andurain, Stéphane Lembré et Clément Thibaud se soient joints à l’équipe d’origine (Claire Lemercier, Manuela Martini et Nicolas Patin) a permis, en janvier, d’obtenir une liste plus riche au prix de moins de travail pour chaque personne.

La liste de diffusion a connu une croissance intéressante, depuis le palier longtemps stable de 1 100 abonné.e.s jusqu’à plus de 1 250 aujourd’hui. 288 messages ont été envoyés en janvier-mai : là aussi on note une augmentation nette, presque 3 par jour ouvrable en moyenne, contre 2 ces dernières années. Cela reste toutefois gérable grâce au renfort très bienvenu de Julie d’Andurain, Noëlline Castagnez et Michel Rapoport (en plus de Claire Lemercier, Stéphane Frioux et Nicolas Patin.

4/ Définition du thème de la prochaine AG, date et invités

Le Conseil d’administration de l’AHCESR fixe la prochaine Assemblée générale le 23 novembre prochain.

Le thème proposé pour la journée d’étude qui traditionnellement précède ou suit l’AG portera sur « Conserver et/ou détruire les archives contemporaines ». A l’échelle nationale, il faudrait faire un état des lieux des archives conservées et celles qui ne le sont pas.

5/ Point financier

Laurence Guignard, trésorière de l’AHCESR, souligne que la situation des comptes n’appelle aucune inquiétude. Pour ces six premiers mois de l’année 2018, les cotisations s’élèvent à 104 (1960 € de recette). Pour la première fois, des dons par des institutionnels (Archives nationales, Armand Colin) ont été faits. On a créé un statut de membre associé pour les institutionnels avec une cotisation de 140 €. 

7/ Questions diverses

  • Du fait de la multiplicité des activités de l’Association, Carole Christen et Clément Thibaud remercient les membres du Conseil d’administration et soulignent l’importance de leur implication dans les tâches de l’Association. Afin de mieux faire circuler l’information au-delà du bureau, ils proposent de partager un tableau des différents travaux en cours qui sera prochainement envoyé aux membres du CA.
  • L’année prochaine, notre Association aura 50 ans. Il convient que nous fêtions scientifiquement et joyeusement ce 50e anniversaire et retrouvions la mémoire de l’association. La discussion s’engage autour du format que doit prendre ce jubilé, des activités à proposer. Cela pourrait être une journée d’étude ou un colloque (suivi d’une petite réception) qui réunirait les anciens présidents et membres des anciens bureaux, autour par exemple d’une réflexion sur l’évolution de l’histoire contemporaine depuis 1969. Toutes les suggestions sont les bienvenues ainsi que les volontaires pour constituer le comité d’organisation de cette journée.
  • Nous envisageons d’organiser cet automne une journée d’étude sur la question du programme de CAPES et d’agrégation sur « Culture, médias, pouvoir aux Etats-Unis et en Europe occidentale 1945-1991 » (sur le modèle de celle que l’Association avait organisée en octobre 2016 sur le Moyen-Orient de 1876 à 1980, qui avait eu beaucoup de succès).

Le Conseil d’administration s’achève à 18h30.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.