Une préparation des concours à plusieurs vitesses

La nouvelle question d’histoire contemporaine des concours du CAPES et de l’agrégation vient d’être publiée : “Culture, médias, pouvoirs aux Etats-Unis et en Europe occidentale, 1945-1991”.

À cette occasion, nous voudrions attirer l’attention sur une évolution déjà ancienne mais qui semble aujourd’hui atteindre un point de non retour. Le découplage du CAPES et de l’agrégation produit des effets préoccupants. Il semble désormais admis qu’il existe, au niveau national, quelques institutions où l’on peut préparer l’agrégation pour avoir quelque chance d’y être admis. Pour les autres, il faut se résigner à ne préparer que le CAPES ; encore la situation n’est-elle pas vraiment meilleure, puisque les taux de réussite varient énormément selon les universités et les académies.

La préparation aux concours est devenu un système à deux ou plutôt trois vitesses. Cette situation défavorise particulièrement les étudiants socialement les plus fragiles et les plus éloignés des grands centres universitaires, ceux qui ne peuvent se payer une ou deux années d’études loin de chez eux. Le problème est accentué du fait que les centres de préparation « périphériques » voient leurs meilleurs étudiants absorbés par les institutions prestigieuses. Avec la réduction du nombre de postes à l’agrégation et au CAPES cette année, la concurrence entre les universités et les étudiants s’accentue et, par contrecoup, la hiérarchie entre établissements s’accuse. Il y a ceux qui permettent la réussite à l’agrégation, ceux qui préparent au CAPES, ceux où l’espoir de réussite est mince. Les académies des DOM-TOM pâtissent particulièrement de cette évolution. Cumulant nombre de désavantages, elles n’ont, dans leur ensemble, eu aucun reçu au CAPES en 2017. Leur situation est le miroir grossissant d’un problème national qui doit faire réagir la communauté des historiens contemporanéistes.

Doit-on se résigner à cette situation qui, de fait, crée d’immenses inégalités entre les territoires et mine l’égalité des chances face à la réussite aux concours ?

Le bureau de l’AHCESR


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.