Thiaroye (1944)

Avant de devenir le symbole d’une tragédie franco-sénégalaise, Thiaroye fut le nom d’un ancien camp de formation de tirailleurs, situé près de Dakar. En décembre 1944, dans un contexte de sortie de guerre difficile, des tirailleurs ex-prisonniers revenus des Frontstalags (camps spécifiques pour les troupes coloniales situés sur le territoire français, les nazis refusant de voir des troupes de couleur sur leur territoire) protestent contre l’absence de règlement des indemnités qui leur sont dues. Convaincue de faire face à une mutinerie, l’armée française fait ouvrir le feu. Selon des bilans aux conclusions toujours discutées, 35 tirailleurs sont tués.
Du fait des débats entre deux historiens (Armelle Mabon et Julien Fargettas), sur fond de rivalités mémorielles susceptibles de se transformer en conflit juridique et surtout parce qu’elle avait été interpellée par le passé, l’AHCESR a jugé opportun de faire un point en raison notamment d’une actualité qui pose la question des usages de l’Histoire.
L’occasion lui en a été donnée par le 70e anniversaire du drame de Thiaroye – le week-end des 29 et 30 novembre 2014 en marge du sommet de la Francophonie à Dakar – au cours duquel le Président de la République François Hollande a remis officiellement à son homologue sénégalais, M. Macky Sall, les archives du Service historique de la Défense. Mandatée par le Secrétariat chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire, j’ai participé à la dernière journée durant laquelle a eu lieu la cession officielle des archives.
Cette démarche permet aux Sénégalais de s’approprier une part d’une histoire commune franco-sénégalaise, mais surtout de leur histoire par-delà l’instrumentalisation de politique intérieure franco-française visant notamment à faire oublier la malheureuse formule de « l’Afrique n’est pas entrée dans l’Histoire », prononcée par l’ancien Président de la République le 26 juillet 2007, à l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar.
La démarche du président Hollande donne corps à un engagement pris dans un discours prononcé à Dakar en octobre 2012. Interpellé officiellement afin de régler un différend entre historiens, François Hollande a refusé d’aller au-delà de la cession d’archives, considérant dans une certaine mesure que le débat devait rester dans le champ clos de la compétence des historiens.
Cette restitution d’archives témoigne aussi d’un refus de judiciarisation de l’Histoire, et d’un refus de politisation à outrance d’un fait historique tragique adossé à un choix de partage des archives qui a vocation à apaiser les tensions, à permettre que l’Histoire ne soit pas une juxtaposition de mémoires concurrentes, mais bien une histoire partagée.
Durant les débats qui ont eu lieu le week-end dernier à Dakar, tous ont rappelé la nécessité d’aborder la question de Thiaroye dans le champ de compétence des historiens. Si Iba Der Thiam ou Ibrahima Thioub sont deux historiens à même d’encadrer à l’avenir un programme de recherche côté sénégalais, des historiens français aussi indiscutables que Jacques Frémeaux, Jean-Charles Jauffret ou Marc Michel doivent y être associés dans le cadre d’un colloque ou d’une table ronde garante d’un véritable échange scientifique franco-sénégalais.

La Société française d’histoire des outre-mers donne accès sur son site au discours de François Hollande et de Iba Der Thiam.
Une présentation du dossier par la SFHOM

Une présentation par Catherine Coquery-Vidrovitch, sur le site du Comité de vigilance sur les usages de l’histoire, qui a également relayé une pétition sur le sujet en octobre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search