La Documentation photographique

Mise à jour du 7 novembre : « À compter de janvier 2019, la Documentation photographique change de mains et sera éditée par CNRS Éditions. Même ligne éditoriale, même périodicité, même maquette, même prix : l’identité propre et les valeurs de cette collection seront conservées et un volume thématique d’histoire ou de géographie sera publié tous les deux mois, accompagné de ses compléments numériques. »

La Documentation photographique constitue aujourd’hui un outil unique au service d’un public large d’enseignants, d’étudiants et de passionnés de l’histoire. Les ouvrages qu’elle publie, rédigés par des spécialistes issus le plus souvent du monde de l’université et de la recherche, contribuent à diffuser au plus grand nombre, sous une forme accessible et didactique, un savoir historique fondé sur les résultats des travaux les plus récents. Elle est aujourd’hui menacée de disparition, alors même que le discours des savants est de plus en plus concurrencé dans les médias par des « historiens » autoproclamés aux compétences contestables et aux objectifs idéologiques parfois dangereux, rendant une telle publication indispensable.

La SoPHAU, la SHMESP, l’AHMUF et l’AHCESR, représentant les historiens de l’enseignement supérieur et de la recherche, appellent le gouvernement et la direction de la DILA (ex Documentation française), éditrice de la revue, à maintenir La Documentation photographique d’histoire, et relaient le communiqué de Raphaëlle Branche, Olivier Milhaud, Pierre Méheust, pour les membres démissionnaires du comité éditorial de La Documentation photographique, ainsi que la pétition qui l’accompagne.

Chères et chers collègues, géographes, historien.ne.s, citoyen.ne.s,

En décembre 2017, le comité éditorial de La Documentation photographique apprenait le désir de la direction de la DILA (ex Documentation française), éditrice de la revue, de modifier sa ligne éditoriale pour en faire une revue consacrée à l’éclairage de l’actualité. A la suite de cette réunion, plus de la moitié du comité démissionnait pour exprimer son désaccord avec cette orientation et rendait publiques ses raisons dans un texte paru dans Le Monde (« L’édition publique et « le parti pris de l’ignorance » ») qui, transformé en pétition, rassemblait rapidement près de 3000 signataires.

À la demande des anciens membres démissionnaires, trois d’entre nous ont été reçus vendredi 5 octobre 2018 par M. Munch, directeur de la DILA, afin de mieux comprendre quel avenir attendait La Documentation photographique. En dépit d’un attachement partagé à cette revue unique, ont surtout été confirmés de profonds désaccords sur les missions d’une telle publication.

Deux visions s’opposent en effet sur le rôle de l’édition publique. La direction actuelle estime que son rôle se borne à la diffusion d’informations immédiatement utilisables et sur des sujets d’actualité très contemporains.

Nous avons défendu l’idée que le rôle de l’édition publique est de contribuer à la diffusion de la connaissance scientifique pour éclairer les citoyens et l’administration publique – ce qui suppose l’étude du contemporain mais également du lointain.

Nous croyons qu’il faut prendre le risque du détour, de l’éloignement, du dépaysement car ces expériences lointaines sont une source inépuisable d’enseignements, elles éclairent le présent en donnant à voir la multiplicité des manières d’être au monde. Cette divergence fondamentale sur le rôle de l’histoire et de la géographie dans la formation des citoyens et l’information des administrations nous paraît inquiétante. N’est-il pas utile, comme le pensaient les Résistants de 1947 qui fondaient La Documentation photographique, que les administrations de l’État bénéficient de ce si utile décentrement, historique ou géographique, pour penser l’autre, voir le différent, et envisager des possibles ?

Ne peut-on voir un lien entre ce renoncement des administrateurs du pays à prendre du recul, et à faire un pas de côté, et ce qui ressemble à une impasse de l’imaginaire politique ?

Alors, quel avenir pour La Documentation photographique ? À la DILA, plus aucun, au-delà des derniers numéros programmés. La direction dit étudier les conditions d’un transfert du titre à un éditeur privé dans le premier semestre 2019, avec le souci que les valeurs essentielles de la revue soient maintenues.

Nous ne pouvons qu’espérer qu’ainsi continuera cette belle revue, alliant qualité technique, exigence scientifique et accessibilité. Nos inquiétudes demeurent fortes.

Raphaëlle Branche, Olivier Milhaud, Pierre Méheust, pour les membres démissionnaires du comité éditorial de La Documentation photographique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.