Compte rendu de l’assemblée générale 2015

(compte rendu établi par Clément Thibaud, secrétaire général de l’association)

Le 6 novembre 2015, à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne, à 14 heures, le président Jean-Claude Caron déclare ouverte l’assemblée générale de l’AHCESR.

Le rapport moral de l’AHCESR est successivement présenté par Jean-Claude Caron, Clément Thibaud, secrétaire général, Julie d’Andurain, secrétaire générale adjointe, et Jérôme Bazin, membre du CA, responsables d’enquête, Claire Lemercier, vice-présidente et webmestre. Puis Carole Christen, trésorière de l’association, présente le rapport financier.

I. Rapport moral

Jean-Claude Caron commence par remercier chaleureusement les membres du bureau ainsi que les responsables d’enquête. Il souligne la qualité des échanges au sein du bureau et du conseil d’administration concernant les nombreuses questions qui ont été soulevées cette année. Il faut commencer par la réaction de l’AHCESR à la suite des attentats de janvier. Si certaines formulations du texte diffusé à cette occasion ont pu être discutées, celui-ci a été globalement approuvé. Au-delà de cet événement, il est toujours possible de s’interroger sur l’opportunité de ce type d’intervention dans le débat public de la part d’une association professionnelle d’historiens contemporanéistes1. Mais certaines questions d’actualité sont si liées aux problématiques de la discipline historique que l’AHCESR aurait tort de rester silencieuse à propos de certains dossiers actuels, comme celui des réfugiés et des migrants, ou celui de la montée de l’extrême-droite. Sans tomber dans les débats partisans, avec le recul nécessaire, l’association pourrait proposer une lecture historique de ces processus, dans une rigoureuse perspective scientifique. C’est dans cet esprit que le thème choisi pour la table ronde de l’AHCESR, le 9 juin dernier, avait été la question laïque.

Jean-Claude Caron évoque ensuite l’activité importante de l’association autour de certains enjeux professionnels, comme la question des concours, la refonte du programme des collèges, le projet de loi sur la publication numérique ou d’autres points particuliers comme les refus de détachement, par certaines académies, de collègues PRAG ou lauréats de bourses de thèse. Ces différents dossiers ont fait l’objet de débats via la liste de diffusion, et donné lieu à des échanges et à deux réunions, en lien avec les autres associations d’historiens, avec l’inspecteur général Vincent Duclert, président du jury du CAPES. Les comptes rendus de ces rencontres se trouvent sur le site de l’AHCESR. Faut-il que l’association s’exprime davantage sur ces dossiers et sur les autres ? Jean-Claude Caron s’interroge, par exemple, sur l’opportunité d’une réaction au rapport de Terra Nova sur « Le recrutement et la formation des personnels de l’Education nationale ». Enfin, il revient en détail sur la rencontre du 17 octobre dernier avec Vincent Duclert, avec les trois autres associations professionnelles, SOPHAU, SHMESP, AHMUF. Celui-ci entend conserver le dispositif du CAPES d’histoire-géographie tel qu’il existe aujourd’hui jusqu’à la fin de son mandat, avec trois questions au programme. Jean-Claude Caron évoque enfin le rapport du CAPES 2014, en regrettant qu’il ne propose ni plan corrigé pour la dissertation d’histoire contemporaine, ni d’exemples de sujets d’oraux pour la préparation des candidats.

Clément Thibaud prend la parole en mentionnant les deux réunions du conseil d’administration de l’association au cours de l’année passée, la première, le 27 janvier 2015 à l’Université Paris VII Denis-Diderot, à l’invitation de Manuela Martini ; la deuxième, le 9 juin 2015, au Centre de Sociologie des Organisations, grâce à Claire Lemercier. Il évoque la possibilité de tenir l’une de ces réunions futures – assemblée générale ou réunion du conseil d’administration – ailleurs qu’à Paris, d’autant plus que l’association reste peu présente dans les institutions de recherche et d’enseignement au Sud de la Loire. Il aborde ensuite le dossier de l’internationalisation de l’AHCESR, à travers la construction de liens avec des associations étrangères d’historiens. Ce projet peut être conçu a minima comme une liste de ces institutions, publiée sur notre site, avec un bref descriptif de la nature de chacune d’elles. C’est sans doute la démarche à choisir, car nous n’avons guère les moyens humains et matériels pour organiser des événements scientifiques avec ces associations. Des contacts ont été pris avec un certain nombre d’entre elles, qui, lorsqu’elles ont répondu à la sollicitation, se sont montrées intéressées mais se sont interrogées sur le contenu à donner à ces liens. En l’état, outre le repérage de ces associations, il conviendrait de solliciter davantage nos collègues étrangers pour les activités de l’AHCESR, afin de mieux comprendre les évolutions internationales de notre profession. A propos de l’annuaire professionnel, enfin, le CA a fait le choix de le dématérialiser. Il s’agit maintenant de recréer un réseau de correspondants dans chaque ville universitaire. La collecte de ces informations nous permettra d’actualiser l’annuaire et de relayer les initiatives de l’AHCESR. Un tel travail est en cours et Clément Thibaud s’engage à le terminer avant la prochaine assemblée générale.

Julie d’Andurain présente ensuite sa base de données des sites intéressant la recherche en histoire contemporaine : bibliothèques numériques, archives digitales, portails de revue. Ce beau travail, très utile à tous, comporte 187 références de sites français et étrangers. Il est désormais en ligne à la rubrique « base de données » de notre page Internet.

Jérôme Bazin, responsable de l’enquête sur les sources de financement de la recherche, présente les résultats décevants de son appel aux collègues. Son questionnaire n’a reçu, à ce jour, aucune réponse. Cette situation est d’autant plus regrettable qu’il n’existe pas, aujourd’hui, d’information synthétique à propos d’un sujet qui intéresse toute la profession. Un tableau récapitulant les différentes bourses et fonds destinés à la recherche historique serait une grande aide pour tous. Sans les réponses de nos collègues, une telle liste est impossible à réaliser.

Claire Lemercier prend ensuite la parole pour se féliciter de la fréquentation en hausse du site, avec un millier de visiteurs différents chaque mois, dont un bon nombre vient désormais des Etats-Unis et d’Allemagne, pour consulter notamment le recensement des thèses soutenues. A ce sujet, Claire Lemercier et Manuela Martini sollicitent l’aide des membres de l’AHCESR pour leur signaler les dernières soutenances, car toutes ne sont pas recensées sur le site dédié theses.fr.

La liste de diffusion compte 1 014 abonnés, avec, en ce moment, plusieurs abonnements nouveaux par semaine, et pratiquement plus de désabonnements. La fréquence des messages a fortement augmenté, dépassant maintenant légèrement un par jour ouvrable. Pour faciliter la tâche de modération, les adhérents sont invités à consulter les modalités d’usage de la liste sur la page http://ahcesr.hypotheses.org/liste-de-diffusion et en particulier à ne pas envoyer de pièces jointes.

Enfin, l’AHCESR soutient depuis l’origine le suivi des recrutements en histoire, hébergé par le site de l’AFHE (http://afhe.hypotheses.org/suivi-des-recrutements). Une nouvelle fois, les adhérents sont vivement incités à communiquer sur cette page toutes les informations en leur possession, même lorsqu’eux-mêmes ne siègent pas en comité de sélection, tant que ces informations sont certaines (compositions des comités, dates des réunions, listes des auditionnés, classements provisoires et définitifs). Cette année, le suivi de la campagne 2015 a bénéficié d’une très bonne remontée d’informations pour la grande majorité des postes de maîtres de conférences en histoire contemporaine et, pour la première fois, pour une bonne moitié de ceux de professeurs, même si certaines institutions refusent toujours le principe de la transparence.

À la suite d’interventions de la salle, Claire Lemercier évoque également le projet de loi dit « pour une République numérique », comprenant un article sur le libre accès aux publications scientifiques, qui a déjà fait l’objet de plusieurs interventions sur la liste de diffusion. Cet article ne porte pas sur la « barrière mobile » utilisée par bien des revues sur Cairn et Revues.org (passage en accès libre des articles une à quelques années après publication, les articles étant entretemps disponibles seulement sur papier, ou bien en version électronique seulement dans les bibliothèques abonnés). Il porte sur la possibilité, pour les chercheurs, de mettre en ligne de façon autonome leurs articles, par exemple sur leur site personnel ou sur HAL-SHS, après un délai dit d’« embargo » (le projet de loi balançant entre fixer cet embargo à un ou à deux ans). S’ensuit un débat animé sur l’opportunité de cet article de loi, sa nature, ses conséquences, notamment sur l’équilibre financier des revues.

Le rapport moral est adopté à l’unanimité des membres présents ou représentés.

II. Rapport financier

Carole Christen présente le rapport financier pour l’exercice 2015 (2014-2015).

1. Les résultats

Le budget 2015 est largement bénéficiaire de 2 617 euros :

– les recettes s’élèvent à 3190 euros, qui correspondent à 166 cotisations contre 169 en 2014 (140 en 2013, 138 en 2012, 93 en 2011, 134 en 2010).
– les dépenses s’élèvent à 612 euros, qui relèvent pour l’essentiel des frais de l’assemblée générale de l’an dernier, à hauteur de 262 euros ; de la journée d’étude du mois de juin, à hauteur de 249 euros ; l’hébergement du site internet ayant quant à lui coûté 66 euros (avec la disparition de l’ancien site, ce poste de dépense est supprimé puisque l’hébergement du site actuel sur Hypothèses est gratuit).
Plus globalement, la situation de trésorerie est très satisfaisante, l’actif de l’AHCESR s’élevant à 17 756 euros, dont 6871 euros sur le compte-titre SICAV.
2. Les perspectives

Nous espérons que le développement des activités de l’association qui attirent de nombreux adhérents à sa liste de diffusion (plus de 1000 inscrits) continuera faire progresser le nombre de cotisants. L’actif actuel de la trésorerie permet d’envisager l’organisation de tables rondes et de journées d’étude, avec des participants étrangers.

 

AHCESR. Compte de résultat 2014-2015

(arrêté au 6/11/2015)

RECETTES

DEPENSES

Cotisations(chèques, espèces)

3 230 €

AG + table-ronde du 7/11/2014 : frais repas + remboursement transport invités

262,60 €

CA + table-ronde du 9/06/2015 : frais repas + remboursement transport invités

249 €

Frais de timbre

7,60 €

Hébergement site internet OVH

66 ,59 €

Frais tenue de compte

27,10 €

TOTAL RECETTES

3 230 €

TOTAL DEPENSES

612,89€

RÉSULTAT  + 2 617,11 €

BILAN AU 6/11/2015

ACTIF

PASSIF

Relevé compte courant Banque Postale au 30 octobre 2015

10 732,03 €

Report de l’exercice comptable précédent

15 139,28 €

Chèques de cotisation en cours d’encaissement

140 €

Caisse (espèces)

13,00 €

Portefeuille SICAV Banque Postale

6 871, 36 €

Résultat de l’exercice 2014/2015

+ 2 617,11 €

TOTAL

17 756,39€

TOTAL

17 756,39€

Le rapport financier est adopté à l’unanimité des membres présents.

L’assemblée générale se poursuit de 15h30 à 17h30 avec une table ronde intitulée « Former à et former par la recherche ? La place de la recherche dans la formation des futurs enseignants du secondaire ». Après une présentation de Jean-Claude Caron, interviennent successivement :

– Noëlline Castagnez (Université d’Orléans) : « Former les enseignants du second degré. Enquête sur les masters MEEF ». Lire les résultats de l’enquête ici

– Sylvie Aprile (Université Charles-de-Gaulle – Lille III, membre du Comité de Vigilance sur les Usages de l’Histoire), « Recherche et formation enseignante. Écueils et rapprochements possibles ».

– Didier Francfort (Université de Lorraine, membre de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie), « L’histoire culturelle dans la formation des enseignants.  Une approche des documents sonores comme sources et non comme illustrations. »

– Jean-François Condette (Laboratoire CREHS-EA 4027 de l’Université d’Artois, directeur-adjoint de l’ESPE-Lille-Nord-de-France, en charge de la Recherche). « Former un ‘praticien réflexif’ ? Les recompositions de la place de la recherche dans la formation initiale des enseignants d’histoire-géographie en France ». Lire son texte ici

Les intervenants présentent un bilan riche et nuancé de l’évolution de la place de la recherche dans la formation des enseignants du secondaire. Si celle-ci tend à se réduire, il existe des stratégies diverses, aussi bien au sein des universités que des ESPÉ, pour en maintenir le principe. L’enquête de Noëlline Castagnez souligne la grande diversité qui existe entre les maquettes du Master MEEF, tant du point de vue du contenu que des heures d’enseignement. Ces présentations seront prochainement publiées sur le site de l’AHCESR.

La séance est levée à 17h30.

 

1 C’est dans le même esprit que l’AHCESR a réagi aux attentats du 13 novembre.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *