Sociétés coloniales : exposé de Vanessa Caru

Le 24 mai 2012, à Créteil, l’AHCESR a participé à l’organisation d’une journée « Sociétés coloniales » en lien avec le nouveau programme de CAPES, avec Thierry Bonzon (Marne-la-Vallée, équipe ACP), Rémi Fabre (UPEC, laboratoire CRHEC) et Marie-Albane de Suremain (UPEC et laboratoire SEDET). Nous avons le plaisir de vous donner à lire ici les textes des intervenants.

Les enregistrements audio de leurs interventions peuvent également être écoutés sur le site du Centre de recherche en histoire européenne de l’UPEC.

Vanessa Caru est chargée de recherche CNRS.

Cliquer ici pour télécharger cet article en pdf

Réformer les travailleurs? L’État colonial, le parti du Congrès et le logement des classes populaires à Bombay (années 1920-1930)

 La Grande-Bretagne fait figure de modèle en matière de politique de logement social, ayant multiplié les expériences visant à « réformer le logement pour réformer le peuple ». Ces ambitions ne semblent, toutefois, pas avoir connu de prolongements au sein de l’empire. Si Bombay apparaît comme une exception pour avoir fait l’objet d’un programme de construction destiné à loger les travailleurs de la ville, la première partie de cette communication vise à démontrer comment et pourquoi les velléités de réforme sociale des autorités coloniales vis-à-vis de leurs locataires furent volontairement très limitées.

Il faut attendre l’arrivée au pouvoir dans la province du parti nationaliste du Congrès, suite aux réformes constitutionnelles promulguées en 1935, pour voir la mise en œuvre dans les quartiers construits par les Britanniques de véritables politiques d’encadrement social, avec la construction d’équipements de loisirs collectifs et le nomination de travailleurs sociaux, logés sur place et chargés d’assurer l’éducation des habitants, selon le modèle des Settlement Houses conçu par Octavia Hill. Nous montrerons que de telles actions doivent moins être attribuées au paternalisme officiellement affiché par le gouvernement congressiste qu’être interprétées comme des tentatives de la part des nationalistes pour contrôler plus étroitement et utiliser à leur avantage certaines formes de la sociabilité populaire (gymnases, clubs de lutte, etc.), qui jouent un grand rôle au niveau de la « micro-politique » des quartiers ouvriers.

 Indications bibliographiques :

CARU V., « Pouvoir colonial et conflictualité ouvrière. L’exemple du logement ouvrier à Bombay (années 1890-1920) », in Les Cahiers de l’histoire, n° 111, 2010, p. 51-62.

CARU V., « Où se loge le politique ? Mouvement des locataires et politisation des subalternes, Bombay (1920-1940) », in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, Vol. 58, n° 4, 2011, p. 71-92.

CHANDAVARKAR R., « Workers Politics in the Mill District of Bombay Between the Two Wars », in Modern Asian Studies, Vol. 15, n° 3, 1981, p. 603-47.

CHANDAVARKAR R., The Origins of Industrial Capitalism in India : Business Strategies and the Working Classes in Bombay, 1900-1940, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.

CHANDAVARKAR R., Imperial Power and Popular Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

NEWMAN R., Workers and Unions in Bombay, 1918-1929 : A Study of the Organisation in the Cotton Mills, Canberra, Australian National University, 1981.

SHANKARDASS R. D., The First Congress Raj : Provincial Autonomy in Bombay, New Delhi, MacMillan, 1982.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.