Compte rendu de l’assemblée générale du 9 juin

Compte rendu de la réunion du conseil d’administration de l’AHCESR tenue au Centre de Sociologie des Organisations, CNRS-Sciences Po, le 9 juin 2015

L’ordre du jour, légèrement remanié par rapport à celui de la convocation, est précisé :

1/ Point sur les différentes enquêtes et actions définies lors du dernier conseil d’administration.
2/ Projet de réforme des programmes d’histoire (CSP) et projet de réforme du doctorat.
3/ Trésorerie
4/ Site Internet
5/ Définition du thème de la prochaine assemblée générale, date et invités.

1/ Point sur les différentes enquêtes et actions définies lors du dernier conseil d’administration.

a) Enquêtes sur les Masters MEEF.
L’Association souhaite faire un bilan du contenu des Masters MEEF au niveau national. Noëlline Castagnez, qui coordonne cette enquête, a déjà reçu 9 réponses. Elle invite tous les collègues qui se sont proposés comme intermédiaires avec les responsables de Masters MEEF à relancer leurs démarches pour obtenir davantage de réponses [on peut contacter Noëlline chez free point fr]. Une fois l’enquête achevée, les collègues seront mieux informés pour améliorer le fonctionnement de ce diplôme.

b) Enquête sur les humanités numériques.
Julie d’Andurain, qui coordonne cette enquête, a dressé la liste de 120 bases de données historiques numérisées. Elle a fait le choix d’une présentation très simple, sous la forme d’une page html, qui est commentée – et louée – par les membres du CA. La mise en ligne de ce travail se fera au moment des vacances. La page sera ensuite alimentée au fil du temps, en élargissant la liste aux bases de données étrangères.

c) Enquête sur les financements disponibles pour les projets de recherche.
Jérôme Bazin, qui coordonne l’enquête, souhaite faire la liste des sources de financements secondaires, tout le monde connaissant les grandes agences de moyens (ERC, ANR). Il souhaite solliciter les collègues pour obtenir des conseils sur la façon de solliciter et d’obtenir ces financements. Il souligne l’importance de cette enquête pour les doctorants. Il propose un questionnaire simple à diffuser auprès des collègues pour solliciter ces fonds.

d) Liens internationaux avec les associations d’historiens contemporanéistes.
Clément Thibaud, qui s’occupe de ce dossier et a pris du retard, a commencé à sonder les associations latino-américaines (Mexique, Brésil, Argentine, Colombie, Pérou), lesquelles se sont montrées très réceptives.

e) Pratiques pédagogiques en L1.
Claire Lemercier relaie l’initiative de quelques collègues de Paris 1 (Guillaume Calafat, Eric Fournier, Guillaume Mazeau, Jeanne Moisand) qui proposent une enquête sur les pratiques pédagogiques et les conditions d’enseignement au niveau de la licence 1, afin de faire connaître les initiatives nouvelles et de proposer un bilan national.
2/ Projet de réforme des programmes d’histoire (CSP) et projet de réforme du doctorat.

a) Réforme du doctorat
JcC aborde ensuite le projet de réforme du doctorat. Il s’agit, en substance, d’ouvrir la possibilité de valider un doctorat à partir des acquis d’expérience. Mais l’ajournement de la réforme rend pour l’instant la discussion sans objet.

b) Programmes d’histoire des collèges
JcC a assisté ès qualités au débat organisé le 3 juin à la Sorbonne, animé par Emmanuel Laurentin, en présence de la ministre Najat Vallaud-Belkacem et de nos collègues Sylvie Aprile, Colette Beaune, Laurence De Cock, Patrick Garcia, Patrice Gueniffey, Michel Lussault, Pierre Nora. Les échanges étaient équilibrés, argumentés, intéressants. Mais il est permis de s’interroger sur la raison d’être d’une telle manifestation : s’agit-il réellement de faire évoluer le contenu de la réforme en tenant compte des opinions émises par les différents intervenants ? Ou les arbitrages sont-ils pris à un autre niveau ?
Les associations représentatives de l’enseignement secondaire étaient représentées (Clionautes, APHG, Aggiornamento). Les syndicats de toutes sensibilités politiques ont objecté le manque de moyens. Mais l’une des questions les plus importantes est le degré d’autonomie des professeurs du secondaire dans les programmes. Celui-ci a été assez unanimement salué, mais il est à craindre que tous les enseignements considérés comme facultatifs soient, en raison de l’ampleur du programme et de la faiblesse des horaires, assez largement ignorés.
Noëlline Castagnez souligne les enjeux en termes d’horaires entre les disciplines, et note les difficiles conditions de travail de nos jeunes collègues du secondaire, nommés sur deux ou trois établissements. De simples titulaires Masters MEEF enseignent ; la bi-disciplinarité semble l’un des objectifs du ministère. Le niveau de recrutement est, aujourd’hui, trop faible. Claire Lemercier remarque que le doctorat n’est pas du tout reconnu dans l’enseignement secondaire, à part pour accéder à la hors-classe de l’agrégation (Michel Rapoport). Une des actions de l’AHCESR pourrait être de militer en faveur de la reconnaissance de ce diplôme dans les carrières au collège et au lycée.

3/ Compte rendu financier

Carole Christen, trésorière de l’AHCESR, informe le CA qu’il reste 6679 euros pour le portefeuille d’actions et environ 6000 euros sur le compte courant.

4/ Site Internet
Claire Lemercier commence par l’annuaire électronique. Certains adhérents demandent à ce que leur fiche soit créée ou mise à jour, mais ce n’est pas possible pour le moment. CT propose de contacter, avec la liste des adhérents, un correspondant dans chaque université qui aiderait l’association à dresser la liste des collègues contemporanéistes de chaque institution, afin de centraliser l’information sur le site de l’AHCESR.
5/ Définition du thème de la prochaine assemblée générale, date et invités.
La prochaine assemblée générale est fixée au vendredi 6 novembre 2015, à 14 h. Le thème choisi est la place de la recherche dans les masters MEEF, et plus généralement, dans la formation des étudiants, sous le titre « Former à et former par la recherche ? La place de la recherche dans la formation des futurs enseignants du secondaire ». C’est une façon de réfléchir aux conséquences de l’adoption du système LMD sur les masters.

La réunion est levée à 13h10 pour laisser place, à partir de 14 h, à la journée d’étude dont on rappelle le programme ; les textes des intervenant.e.s seront peu à peu ajoutés ci-dessous.

14h Accueil par Jean-Claude Caron, président de l’AHCESR.
14h10 Jacqueline Lalouette (Université Charles-de-Gaulle Lille III), « Laïcité et ‘droit au blasphème’ ».
14h35 Valentine Zuber (Ecole Pratique des Hautes Études), « Une Europe laïque ? Du patchwork politico-religieux à la sécularisation des institutions contemporaines ».
Pause
15h10 Catherine Mayeur-Jaouen (INALCO), « Religion et politique en islam. Aperçus historiques, références textuelles, expériences contemporaines ».
15h35 Denis Lacorne (Sciences Po), « Des Brèches dans le mur de séparation entre les églises et l’Etat ».
16h Débat animé par Jean El Gammal, vice-président de l’AHCESR.

Le débat qui s’est instauré à l’issue de ces quatre communications a montré l’intérêt de la thématique retenue et en particulier de sa dimension comparative. La séance s’est achevée à 17h.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *