Lettre ouverte des sociétés savantes au ministre de l’Éducation nationale

L’AHCESR est signataire de cette lettre ouverte à M. Benoît Hamon, diffusée aussi à la CPU et aux médias nationaux en juin 2014.

L’Association Française d’Etudes Américaines, ainsi que les sociétés savantes soussignées, souhaitent alerter M. le Ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la facturation des locaux par des établissements universitaires relevant du service public pour l’organisation de manifestations scientifiques.
En effet, pour la première fois depuis sa fondation en 1967, le Congrès annuel de l’AFEA a failli ne pas pouvoir se tenir en raison des conditions financières inédites qu’a cherché à imposer à l’Association l’université qui avait d’abord proposé de l’accueillir.
Dans un paysage universitaire et scientifique en mutation depuis le passage aux compétences élargies et la mise en œuvre de la LRU qui a eu pour résultat une concurrence accrue entre équipes de recherches et laboratoires, une généralisation des pratiques d’évaluation par les agences françaises et européennes, et une recherche de plus en plus souvent financée sur projets dont les thèmes ne sont pas fixés par les chercheurs eux-mêmes, l’existence d’une communauté scientifique réunissant l’ensemble des chercheurs d’une discipline autour d’objets et d’orientations librement choisis par ses membres permet de garantir la liberté de la recherche scientifique, d’œuvrer à la formation des jeunes chercheurs, et de favoriser l’émergence de thématiques nouvelles.
Les sociétés savantes signataires demandent à M. le Ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, de rappeler aux universités cette mission qui est la leur de tout mettre en œuvre pour faciliter et promouvoir la tenue de manifestations scientifiques, notamment des congrès dont on sait le rôle central dans la vie des associations scientifiques.
Ces sociétés réaffirment en outre solennellement le rôle qui est le leur au sein de la communauté scientifique française. Elles tiennent à rappeler le principe d’indépendance de la recherche et des chercheurs inscrit dans la constitution de la République française et demandent la reconnaissance explicite du rôle essentiel des sociétés savantes dans la garantie de ce principe au sein de l’espace universitaire.

CNARELA (Coordination nationale des associations régionales des enseignants de langues anciennes)

SAES (Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur)

SFS (Société française Shakespeare)

SOPHAU (Société des professeurs d’histoire ancienne à l’Université)

APLAES (Association des professeurs de langues anciennes de l’enseignement supérieur)

AHCESR (Association des historiens contemporanéistes)

OEP (Observatoire européen du plurilinguisme)

AGES (Association des Germanistes de l’Enseignement supérieur)

SIES (Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur)

SHF (Société des Hispanistes français de l’enseignement Supérieur)

SLLMOO (Société de langue et littérature médiévales d’oc et d’oïl)

APL (Association des professeurs de lettres)


1 réponse

  1. 14/10/2014

    […] Enfin et peut-être surtout, depuis quelques années, les politiques de mise en concurrence et de regroupement de laboratoires ou d’universités poussent chacun.e à ne plus travailler qu’avec ses collègues direct.e.s. C’est très préjudiciable à l’avancée des recherches, et les sociétés savantes peuvent représenter à cet égard un pôle de résistance par le maintien de liens transversaux – même si c’est précisément pour cela qu’elles sont menacées, elles qui doivent toujours grappiller dans les ressources de tel ou tel pour trouver une salle ou un emplacement sur un serveur, alors même que par définition elles ne se veulent pas mono-site (voir à ce sujet l’appel lancé par la Association française d’études américaines). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *