Réunion avec le président du jury de CAPES

En l’absence de renseignements précis et officiels sur les résultats des discussions qui ont eu lieu le samedi 14 décembre 2013 au sein des directoires du CAPES et de l’Agrégation, nous diffusons le communiqué suivant concernant la réunion des 4 associations de spécialistes. Ce communiqué a été transmis avant diffusion à M. V. Duclert. Nous allons demander un rendez-vous auprès de monsieur Santana à la DGRH afin d’expliciter à nouveau notre détermination pour obtenir un retour aux quatre périodes dans le cadre du concours du CAPES.

 Compte rendu de la réunion du 7 décembre 2013 entre les représentants des quatre associations d’historiens du Supérieur et M. Vincent Duclert, Président du Jury du CAPES d’Histoire-Géographie

À leur demande, les quatre associations d’historiens de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (SOPHAU, SHMESP, AHMUF et AHCESR), soutenues dans leur démarche par l’APHG, ont été reçues samedi 7 décembre à Paris par M. Vincent Duclert, Inspecteur général de l’Éducation nationale, président du jury du Capes d’histoire-géographie. La rencontre avait pour premier objet la question de l’absence de l’une des quatre périodes historiques au concours du CAPES, conséquence de l’arrêté du 19 avril publié au JORF du 27 avril 2013. La rénovation pédagogique du concours a été également le second point de cette rencontre. Notre demande portait sur le retour aux quatre périodes, et donc sur la réécriture d’une partie de l’arrêté qui, dans son dernier paragraphe, stipule que le CAPES d’histoire-géographie repose sur des questions de programme, trois questions en histoire et trois questions en géographie.

Pour nous, membres des associations historiques nationales et internationales, et membres des associations des enseignants d’Histoire du Supérieur et du Secondaire, l’éviction, même temporaire, d’une période historique, porte atteinte aux cadres scientifiques, méthodologiques et pédagogiques de l’apprentissage de la progression chronologique, des rapports entre synchronie et diachronie, de la capacité à discriminer les informations et à éviter les anachronismes. Ces différents aspects qui sont au cœur des apprentissages didactiques et pédagogiques ne peuvent être maîtrisés qu’en ayant une connaissance de la longue durée, des permanences et des mutations inhérentes à toute civilisation et à toute société.

Nous avons rappelé que l’arrêté du 19 avril 2013, publié le 27 de même mois, a été publié sans concertation préalable ; les représentants des historiens du Supérieur et du Secondaire n’ont pas été associés à une quelconque réflexion sur une évolution du périmètre du concours. Nous avons également redit notre attachement à la bivalence de l’histoire et de la géographie au concours et à l’unité entre les périodes de l’Histoire. Pour nous, historiens, le retour aux quatre périodes est un attendu essentiel.

M. Duclert a été nommé à la présidence du CAPES par l’arrêté du 30 août 2013. Il succède à M. Laurent Carroué. Après avoir rappelé la nécessité de faire réussir les candidats à un concours qui doit rester exigeant autant qu’accessible grâce à la préparation de qualité assurée par les ESPE, il a apporté des précisions quant à la question de la présence des quatre périodes et à celles ayant trait à la philosophie comme à la définition concrètes des épreuves d’écrit et d’oral. Elles feront l’objet d’une note de commentaire du directoire du jury diffusé très prochainement à l’ensemble des candidats et des préparateurs.

Le président du jury a tenu à dire qu’à titre personnel, il était favorable aux quatre questions de programme (et non trois comme défini dans l’arrêté du 19 avril 2013). Il a également précisé que « l’histoire est en situation de déséquilibre puisqu’une de ses quatre périodes n’est pas représentée dans les trois questions de programme. En passant à quatre questions en histoire, on renforce la formation vraiment bivalente histoire/géographie, qui est un élément très important de la formation des nouveaux professeurs d’histoire, de géographie et d’éducation civique. En passant à quatre questions en histoire, on facilite la préparation du concours en histoire en donnant aux candidats une vision claire et non amputée de la discipline. Ils seront plus à même de donner le goût de la discipline à leurs futurs élèves ».

Nous souscrivons totalement à cette vision du métier d’enseignant d’Histoire-Géographie, à sa spécificité française, principe de subsidiarité, qui contribue à la qualité de notre formation en Histoire-Géographie et aux liens qui doivent rester indéfectibles entre enseignement supérieur et enseignement secondaire, notamment grâce à la préservation d’une même discipline historique qui serait enseignée selon une même structure temporelle de l’enseignement primaire à l’université. La même chose vaut pour la géographie et ses principes.

Nous nous félicitons de la convergence de vues entre le Président du Jury du CAPES et la communauté des historiens.

Nous fondons un grand espoir dans le retour aux quatre périodes pour le concours du CAPES, car si le passage de trois à quatre questions n’est pas du pouvoir du Président du Jury du CAPES, nous avons eu jusqu’à présent une écoute attentive de la part de la DGRH du Ministère. Le président du jury tient à préciser pour finir sur ce point que le travail qui est mené avec les directoires des trois autres agrégations sur les futures questions de programme pour les sessions de 2015 -qui seront rendues publiques prochainement- n’a négligé, pour le Capes, aucune période, et que toutes seront bien présentes aux prochaines sessions 2015 et 2016 à la faveur des changements – pour certaines questions d’une année sur l’autre. De notre côté, nous pensons préférable que les questions puissent, par paires, rester 2 ans au programme des deux concours, selon la rotation en vigueur à l’agrégation, afin de permettre aux candidats des deux concours de préparer l’un ou l’autre des deux concours et éviter aux Candidats du Capes qui auraient échoué une année d’avoir à nouveau un programme alourdi la deuxième année, contrairement à ce qui était en vigueur avec des questions renouvelées tous les deux ans. À une question relative au format des questions, M. Duclert a précisé que les intitulés seraient communs à tous les concours. Pour le CAPES, on pourrait envisager d’y associer un thème plus large selon le choix du directoire du concours.

M. Duclert tient à préciser que les jurys du CAPES associent des universitaires (maîtres de conférences et professeurs des universités ainsi que des professeurs agrégés affectés dans le supérieur), des professeurs certifiés et agrégés affectés en lycée et collège, des professeurs de classe préparatoires, enfin des inspecteurs territoriaux IA-IPPR. Le directoire du concours accorde beaucoup d’importance à cette représentativité partagée, autour d’une philosophie de travail commune, – qu’il n’y a de pédagogie possible que sur la base d’une maîtrise disciplinaire, d’une formation élevée aux savoirs scientifiques en d’autres termes, lesquels profitent en retour de cet investissement pédagogique qui permet une formation approfondie des nouveaux professeurs. Il est nécessaire d’aider les futurs collègues à acquérir cette intelligence de la transmission par l’adaptation des savoirs scientifiques. Nous adhérons à l’objectif de la rénovation pédagogique du concours à travers les nouvelles épreuves, telles que les a rappelées Vincent Duclert en les commentant. Le volet pédagogique des épreuves et leur volet scientifique sont étroitement liés, ne s’opposent pas et au contraire se nourrissent l’un de l’autre. Les universitaires souhaitent contribuer pleinement à cette rénovation pédagogique. Nous confirmons notre attachement à une présence significative d’universitaires dans les jurys du CAPES, mais soulignons également que notre communauté se sent en porte-à-faux parfois.

Tout ce qui contribuera à l’apaisement sera favorable à notre action auprès des collègues pour les inviter à participer auxdits jurys. M. Duclert tient également à préciser qu’il souhaite, avec le Directoire du Jury du CAPES, assurer d’excellentes conditions de travail au jury tant pour la phase de l’écrit (les réunions sont maintenant organisées dans un lycée parisien très accueillant du 5e arrondissement) que pour la phase de l’oral qui se déroule toujours à Châlons-en-Champagne et lors de laquelle il devrait être possible, à moyen terme, d’utiliser le numérique dans les épreuves (préparation et réalisation). Le directoire est très soucieux de l’accueil des jurys comme des candidats. « Il est nécessaire que ce temps de concours soit le plus réussi possible pour tous, pour le rayonnement et la réputation du CAPES d’histoire-géographie et son rôle dans la refondation de l’école » conclut Vincent Duclert.

Antonio Gonzales (SOPHAU), Alexis Grelois (SHMESP), Nicolas Leroux (AHMUF), Michel Leymarie (AHCESR)


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. TB dit :

    Bonjour,

    Ce texte est donc un appel à faire disparaître une question de géographie, pour que les candidats préparent 4 questions d’histoire (et donc 2 en géographie). Pourtant, le Capes n’est pas un Capes d’histoire, et ne recrute pas des enseignants en histoire. Mais bien un Capes en histoire ET géographie, qui recrute des enseignants d’histoire-géographie.

    Sous prétexte de former les enseignants à traiter toutes les périodes dès le concours pour leur futur enseignement, il s’agit de faire disparaître leur formation en géographie. Sachant que 85 à 90 % des candidats arrivent de faculté d’histoire, ils ont très très majoritairement déjà croisé toutes les périodes dans leur formation. A l’inverse, ils sont totalement dépourvus face à l’enseignement de la géographie.

    Il est possible de militer pour la séparation des enseignements. Mais même en partageant les 3 heures en donnant 2 heures à l’enseignement en histoire et une heure à l’enseignement en géographie, cela défavorisera très nettement les étudiants en histoire : 85 à 90 % des candidats se partageraient 67 % des places…

    De plus, il me semble lire beaucoup d’histoire dans les travaux de géographie, et beaucoup de géographie dans les travaux d’histoire (Claude Nicolet et « L’invention du monde » pour l’actuel programme d’histoire romaine l’histoire globale ; l’histoire de la cartographie (par exemple les portulans) pour la future question en histoire moderne ; la géohistoire de Christian Grataloup ; les travaux de Fernand Braudel ou d’Alain Corbin ; etc. sont autant d’exemples qui permettent de croire que le couple se renforce l’un l’autre, et ne s’appauvrit pas mutuellement).

    Que veut-on ? Des enseignants d’histoire-géographie qui sacrifient la géographie comme clef de lecture du monde contemporain qui appuie l’histoire, comme il y en a tant eu, dépourvus d’une formation solide en géographie ?

    Cette approche me fait peur, et j’ose croire qu’elle n’est pas du mépris… Il faut tout de même parler avec les jeunes candidats et les jeunes collègues : beaucoup ont envie d’enseigner l’histoire ET la géographie, parce qu’ils ont pu, pendant les années de master MEEF découvrir la géographie telle qu’ils avaient envisagé de l’enseigner, et sortir d’une vision très restrictive de la géographie-catalogue qu’ils croyaient connaître (d’expérience, des questions comme Géographie des conflits, Géographie des mers et océans, ou la question à venir comme La France des marges, jouent un rôle fondamental dans cette perspective).

    Pourquoi opposer histoire et géographie, au nom de la périodisation ? Je comprends le débat et l’importance de ces questionnements, qui méritent d’être posés, réfléchis, discutés, débattus. Mais sacrifier la géographie, est-ce la seule solution ? Est-ce réellement le mépris que j’y lis ? Ou un manque de conscience de la réalité du quotidien des enseignants du secondaire qui partagent leurs heures entre histoire et géographie ? Ou une envie de séparer les deux enseignements (auquel cas, je me répète, mais il s’agira de sacrifier de nombreux candidats en histoire qui seront nombreux pour moins de place, quand on risquera parallèlement de voir le niveau baisser en géographie, ou de voir de nombreux transfuges de l’histoire à la géographie du fait du très fort gain de place que cela engendrerait).

    C’est peut-être aussi lié à des enseignements (heureusement ils ont beaucoup évolué) d’une géographie-catalogue peu stimulante qui laissent leurs traces dans des représentations qui amènent à un mépris de ce que la géographie peut dire et en quoi elle aide sincèrement à former de futurs citoyens (ne serait-ce qu’en apprenant aux élèves combien les cartes, les chiffres sont des discours, que l’on peut dire tout et son inverse avec des concepts comme la « France périphérique », etc., c’est-à-dire autant d’enjeux posés aux électeurs qui doivent se repérer dans le temps ET dans l’espace pour faire leurs choix avec recul et esprit critique).

    Je me répète, j’espère sincèrement que cette position n’est pas liée au mépris de la géographie que j’ai peur de lire dans cette prise de position. Personnellement, je crois en la très grande opérabilité du couple espace-temps pour former des citoyens libres de leurs choix ! Discuter ensemble des programmes d’histoire et géographie sera un gage d’un concours qui ne sera pas que sélection, mais aussi formation pour les enseignants.

    • TB dit :

      PS : Il est, je l’espère, inenvisageable de penser 4 questions en histoire et 4 en géographie pour le Capes. Ou même 4 questions en histoire et 3 en géographie (soit une question de plus à préparer qu’aux agrégations externes d’histoire ou de géographie), avec les conditions actuelles du master MEEF.

      C’est peut-être le sens de votre prise de position, mais ce n’est pas tenir compte des conditions actuelles du concours : les candidats doivent :
      – passer un concours,
      – faire des stages en établissement,
      – suivre des cours à l’ESPÉ,
      et écrire un mémoire,
      le tout dans la même année !!!

      Envisager 7 ou 8 questions est n’avoir que peu de discussions avec les candidats, déjà submergés, et souvent déprimés (ce qui n’est pas bon pour commencer une telle carrière, qui demande beaucoup d’énergie et de foi !).

      Je n’ai pas lu ce texte dans ce sens, mais si c’est le cas, cela me paraît encore plus inenvisageable, par rapport aux candidats et à tout ce qu’il leur est désormais demandé l’année même du concours (cela favorisera très nettement les candidats pouvant se payer plus d’années d’études – un élitisme par l’argent – qui pourront faire un M2 puis le concours sans passer par les stages et le mémoire l’année du concours). Je doute que ce soit l’esprit de cette proposition, mais dans les faits c’est ce qu’elle produirait.

      Épuiser et démotiver (voire déprimer) des candidats avant même leur entrée en fonction, ce n’est pas positif pour l’avenir du métier. La masterisation est un fait, nous devons faire avec pour penser comment les candidats peuvent, dans ces conditions, apprendre aussi sur leur futur métier.

      J’ai également peur que de telles propositions aillent dans le sens de ce qui est demandé par certaines instances : ne plus avoir de programme pour le Capes d’histoire-géographie (les candidats pourraient alors tomber sur tout et n’importe quoi, dès lors que c’est au programme des 7 années du secondaire), comme dans les disciplines scientifiques, alors que justement ces disciplines peuvent proposer un concours sans programme du fait de leur spécificité (tout candidat doit savoir ce qu’est le théorème de Pythagore ou celui de Thalès après quelques années en faculté de mathématiques, quand c’est impossible de tout savoir sur tout en histoire ou en géographie, et surtout cela ne préjuge en rien de l’enseignement (mais cela renforcerait un dramatique facteur chance !).

      Cette menace pesant gravement sur le concours en histoire-géographie, proposer d’étendre les questions à plus de questions, n’est-ce pas prendre le risque de conforter cette inclination voulue par des instances administratives, sans recul sur la spécificité de la discipline ?

      Je comprends que chacun trouve sa période nécessaire, mais en géographie tous les enseignants ne retrouvent pas leur spécialité dans la question du moment (par exemple, peu sont spécialisés sur les Mers et océans, et pour les biogéographes, cela pourrait être vécu comme une injustice que la forêt ne tombe jamais aux concours… Pour la géographie urbaine, difficile aussi de se « caser » dans une telle question, par-delà, et de manière très marginale dans la question, le cas des ports, qui recouvre plus la géographie des transports par ailleurs… Qui elle était totalement en marge dans la question précédente « géographie des conflits », etc.). Les géographes n’ont pourtant pas l’air de vouloir plus de questions aux concours.

      Je me répète, mais le concours tel qu’il existe dans la masterisation ne peut se permettre d’avoir une question de plus au programme, il y va du nombre de candidats qui se présenteront (au risque d’épuiser les candidats motivés, un risque grave dans les conditions actuelles de l’enseignement, où les bonnes volontés ne seront pas de trop quand on peine à garder les enseignants !).

      En tout cas, je vous rejoins totalement sur un fait : un vrai débat doit être engagé, et c’est très bien qu’il le soit : que nous soyons d’accord ou pas, ce n’est pas la question primordiale, mais celle de la réflexion (que j’aimerais moins isolée et plus ouverte à tous les acteurs – géographes compris donc) nécessaire pour l’évolution d’un concours majeur pour l’histoire comme pour la géographie !

  2. Faugier Etienne dit :

    Bonjour,

    Je suis mitigé quant aux modifications proposées pour le capes. Plus que le retour de la période manquante en histoire, il me semble qu’il faudrait insister sur le retour de l’apprentissage de la pédagogie, de la psychologie, etc. Là réside tout l’enjeu, car nous sommes des professeurs/enseignants/éducateurs: il faut donc des connaissances à ce sujet plutôt que plus de connaissances sur l’étude des sociétés de l’antiquité à nos jours.
    Un seul exemple, comment combler le vide entre les générations ultra-informatisées et les jeunes enseignants qui n’ont subi que tardivement les impacts des nouvelles technologies?
    Enfin, j’avoue mon incompréhension à l’égard de ce concours qui s’il met tout le monde au même niveau embrasse un large public varié: de la mère de famille au jeune étudiant avec master à des docteurs et maîtres de conférence… Comment se fait-il que le diplôme le plus élevé de France et d’Europe n’entre pas en ligne de compte dans ce concours? Puisqu’on parle de connaissances, il me semble qu’il devrait permettre d’obtenir des « points ».
    Pour conclure, je comprends la défense de la périodisation en histoire, même si j’ai l’impression que les historiens défendent leur pré-carré et rien de plus. Que devrais dire les géographes qui n’ont toujours eu que trois thématiques? Se sentent-ils diminués? Je ne crois pas que plus de connaissances soient une solution; la connaissance mesurée et adéquatement enseignée (avec les bons outils, le bon langage, la bonne pédagogie, etc.) me semble la solution à rechercher.

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *