CAPES et agrégation : une rentrée riche en événements

Voici un petit résumé de la situation concernant le jury d’agrégation, dont le compte rendu de l’entrevue du 23 septembre entre Yves Poncelet et le présidents d’associations d’histoire, puis de la réunion du 28 septembre entre les mêmes et le jury, suivi de liens vers les nouveaux textes de référence, réunis par Nadine Vivier.

Après de premières inquiétudes début juillet, à la suite de la nomination à la présidence du jury de l’Inspecteur général Poncelet, 15 membres du jury d’oral de l’agrégation d’histoire ont démissionné. Vous pouvez lire ici leur courrier expliquant leur motivation.

De son côté, M. Yves Poncelet a pris contact avec les présidents de nos 4 associations d’historiens afin de nous proposer une rencontre, que tous ont acceptée. Le courrier qu’il leur a adressé (reproduit ici in extenso sur un forum de discussion) explique aussi ses motivations.

Nadine Vivier, présidente de l’AHCESR, a participé à cette rencontre, le 23 septembre. Elle a consulté au préalable les membres de l’association afin de pouvoir transmettre leur positions.

Voici le compte rendu commun de cette rencontre : Compte rendu de l’entrevue entre Yves Poncelet, IG et président du jury de l’agrégation externe d’histoire, nommé le 30 août 2013

« Lors de l’entrevue des quatre président(e)s des associations d’historiens avec M. Poncelet, ont été évoqués les différents aspects de la situation présente. La raison de cette nomination semblerait correspondre simplement à un choix du ministère en faveur d’une alternance entre un Inspecteur Général et un universitaire à la présidence des jurys d’agrégation. La situation actuelle de blocage du jury de l’agrégation d’histoire est grave et fort préoccupante. Dans le but de renouer le dialogue, M. Poncelet propose une concertation samedi prochain à 14h30 en Sorbonne : réunion à laquelle sont conviés les membres du jury 2013 et des personnalités du ministère, M. Santana, adjoint à la directrice générale des ressources humaines et M. Lasserre, sous-directeur du recrutement à la DGRH. Les présidents des quatre associations, désireux de ne pas affaiblir l’agrégation et la discipline historique, seront présents à la réunion du samedi 28 septembre organisée par le président du jury dans l’objectif de favoriser un dialogue constructif avec l’inspection générale et le ministère. »

Antonio Gonzales, président de la SOPHAU; Véronique Gazeau, présidente de la SHMESP; Lucien Bély, président de l’AHMUF et Nadine Vivier, présidente de l’AHCESR.

*

Compte rendu rédigé par les quatre associations des historiens du supérieur à la suite de la réunion du jury de la session 2013 invité par Yves Poncelet, IG et Président du Jury de l’Agrégation, en présence de Patrick Lasserre, sous-directeur au recrutement à la DRH et de Philippe Santana, adjoint à la directrice des RH pour les questions transversales. La réunion s’est tenue le samedi 28 septembre 2013 à 14h à l’amphithéâtre Richelieu en Sorbonne. M. Poncelet s’exprime en son nom propre, MM. Santana et Lasserre sont présents avec l’accord du ministre mais s’expriment aussi de leur propre initiative.
Étaient présents : outre les trois personnes citées, étaient présents 11 membres du jury et les représentants des 4 associations. La rencontre a duré deux heures. Nous avons voulu faire le compte rendu le plus neutre possible. Notre désir est de favoriser un dialogue constructif avec l’Inspection générale et le ministère dans l’objectif de ne pas affaiblir l’agrégation et la discipline historique.
Après une présentation générale par Y. Poncelet et P. Lasserre, Ph. Santana a tenu à rappeler que l’agrégation d’histoire fait partie « des agrégations à programme », que l’agrégation s’appuie « sur la haute compétence des membres d’un jury composé pour les ¾ d’universitaires », que l’agrégation devait rester « une certification à un très haut niveau scientifique ». Ce sont, à ses yeux, les trois fondamentaux qui ne sont pas remis en cause.
Les présidents des associations ont fait part de la vive inquiétude des historiens et tout particulièrement du mécontentement d’une partie d’entre eux. Ils ont réitéré les questions posées lors de l’entrevue du 23 septembre : a) pourquoi un IGEN et dans quel but ? b) le contenu et la structure du concours vont-ils être modifiés ? c) quels liens avec le CAPES et quelle place pour les 4 périodes ?
a) pourquoi un IGEN et dans quel but ?
M. Santana a indiqué que « le choix venait du décideur », c’est-à-dire du ministre, afin que
« chaque communauté, universitaire et Inspection Générale, soit représentée et trouve sa légitimité, qu’il fallait une alternance et que l’alternance valait dans les deux sens ; cette alternance existe déjà dans toutes les agrégations sauf l’histoire et une autre ».
« Le jury émet des propositions de candidature, mais in fine, c’est le ministre qui choisit, non pas contre le jury, mais de son propre point de vue, parce qu’il est le recruteur ». L’agrégation est un concours de recrutement du secondaire. Le nouveau président n’a été investi d’« aucune mission de réforme ».
La désignation a été légitime mais Ph. Santana reconnaît que « la gestion des échanges dans la désignation du président Y. Poncelet a été maladroite ».
b) le contenu et la structure du concours vont-ils être modifiés ?
Ph. Santana a réaffirmé son souci de faire réussir le concours à un haut niveau pour la session 2014 ; les épreuves se dérouleront exactement selon l’arrêté de 2009.
« Il n’y a aucun projet de réforme» selon monsieur Philippe Santana. Pour la session 2015,
Y. Poncelet propose de supprimer l’appendice « agir en fonctionnaire éthique et responsable » de l’épreuve de leçon d’oral et de revenir au format antérieur.
c) quels liens avec le jury du CAPES et la place des 4 périodes historiques ?
Y. Poncelet souhaite une articulation entre CAPES et Agrégation. Les questions devraient avoir un libellé identique, sur la base de 4 questions en géographie et 4 questions en histoire, selon les 4 périodes chronologiques, à répartir dans les 3 concours : Agrégation d’Histoire, de Géographie et Capes d’Histoire-Géographie. Les quatre questions d’histoire resteront à l’Agrégation d’Histoire.

À l’issue de la réunion où les diverses parties ont pu s’exprimer et échanger, monsieur Santana s’est engagé à demander une confirmation de ces trois points par le ministère. Les représentants du ministère souhaitent que le nouveau président organise son jury.
Les quatre associations resteront vigilantes et en alerte constante sur l’évolution du dossier. Sur proposition de Ph. Santana, les 4 associations devraient être reçues par le conseiller en charge du recrutement au ministère.
Antonio Gonzales, président de la SOPHAU
Véronique Gazeau, présidente de la SHMESP
Lucien Bély, président de l’AHMUF
Nadine Vivier, présidente de l’AHCESR

*

Références des nouveaux textes législatifs concernant les masters d’enseignement, les ESPE et les concours :

modalités d’accréditation des ESPE

masters d’enseignement

concours de recrutement

Ainsi qu’une note de commentaire et des exemples de sujets, pour le CAPES externe, que le service documentation de l’Éducation Nationale vient de publier (on peut voir aussi ici des éléments bien plus courts sur l’agrégation externe, et d’autres sur les concours internes).

Cette note a été largement complétée le 7 octobre : voici donc la seconde version, signée de Vincent Duclert.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *